Ce site appartient au réseau Wokie.com : Abandonware France | Lepims.com | Sleeping Spirit | ...
haut

Le PiM's à travers les Ages ...
l'histoire du petit gâteau

La première trace du Pim’s remonte à la préhistoire. Nos lointains ancêtres avaient en effet l’habitude de manger, à leur goûter, des tranches de viandes de dinosaures (stégosaures, Triceratops, Tyrannosaures selon les régions), recouvertes de baies sauvages (la confiture n’était pas très utilisée à l’époque), le tout recouvert de feuilles comestibles. Ces Pî-Mseuh (c’est le nom donné à l’époque, faisait la joie des petits et des grands. Un grand artiste de l’époque, un certain Wô-Kie, a d’ailleurs décoré l’intérieur de sa grotte, à Lascaux, en dessinant des Pî-Mseuh contre les parois. Cela a été d’un grand secours pour les paléontologues qui ont pu, ainsi, découvrir les différentes recettes de ces petites gourmandises. Il est à noter que, dans la caverne voisine de Wô-Kie, un autre artiste, nommé Fred-Hô, dessinait des Emmé-Nemsse sur les murs (nous ne savons toujours pas de quoi était composés les Emmé-Nemsse à l’heure actuelle).

Le temps passant, le Pim’s évolue. On sait qu’il était très apprécié à l’époque Gallo-romaine par les gaulois. Jules César lui même déclara, après son retour de la guerre des Gaules : « Vini, Vidi, Vici et c’est bon les Pim’s ». Il est à noter que l’histoire, dans son grand soucis de concision, ne retint que la première partie de sa phrase (ce qui est regrettable…). Il est à noter que le Pim’s joua un grand rôle dans cette même guerre des gaules. En effet, en 50 avant Jésus Christ, toute la Gaule est occupée. Toute ? Non. Un petit village peuplé d’irrésistible gaulois résiste encore et toujours à l’envahisseur. Et ce grâce aux Pim’s magique fabriqués par le druide Wokix. Avant chaque combat contre l’envahisseur, Wokix distribue quelques Pim’s magiques (dont la recette ne se transmet que de bouche de druide à oreille de druide) à chaque combattant. Sauf à Fredix qui est tombé dedans quand il était petit et chez qui les effets sont permanents.

Le moyen age est une période importante dans l’histoire du Pim’s. Au cours des croisades, on assistera à la naissance de « L’ordre des pauvres chevaliers du Pim’s et de la Biscuiterie Nantaise » qui se distinguera lors des guerres saintes. Composé de moines-soldats, cet ordre deviendra très riche et très puissant et sera surtout plus connu sous le nom des Pim’siers. Cependant, les territoires de Terre Sainte sont vite perdus par l’Empire Chrétien et les Pim’siers, désormais très riches, reviennent s’installer en France. Mais leur richesse dérange. Et Philippe le Bel, alors roi des francs, décide de s’approprier leurs richesses. Pour cela, il monte un complot et, après avoir torturer les Pim’siers, il décide de les brûler en public. Il faut retenir que c’est sur le bûcher que le grand prêtre Frère Wokie, exécuter le même jour que son fidèle assistant Frère Fredo, lancera la célèbre malédiction sur le roi qui donnera naissance à la légende des « rois maudits ».

A la renaissance et durant le siècle des lumières, le Pim’s est un élément raffiné. Les expéditions vers le nouveau monde ont permis de découvrir le chocolat et désormais le Pim’s est recouvert de sa fine couche de craquante sous la dent. A la cours du roi Louis XIV, tous les courtisans ont leur boite de Pim’s a porté de la main afin d’en offrir au roi. Louis XIV fera mettre construire dans le château la fameuse « Galerie des Pim’s », une immense galerie décorée uniquement de Pim’s.

Sous le règne de Louis XVI, le peuple a faim. Les conditions météorologiques ont largement entamée les réserves de nourriture et, en 1789, le roi convoqua les états généraux. L’échec fut tel qu’en juillet, le peuple français se souleva et parti à la Bastille attaquer un supermarché afin de pouvoir manger des Pim’s. Il est a noter que là encore l’histoire est injuste. Elle a oublié ces valeureux héros au profit d’une bande de délinquants qui, profitant de la confusion générale, s’attaqua à la prison de la Bastille afin de libérer quelques amis à eux emprisonner. En 1791, le roi parti à Varennes chercher un pâtissier afin de fabriquer plus de Pim’s. De mauvaises langues lancèrent la rumeur comme quoi le roi voulait quitter la France en emmenant avec lui les réserves de Pim’s nationales. Emprisonné, le roi fut injustement guillotiné peu de temps après…

L’histoire des Pim’s connu encore des moments assez troubles pendant le règne de Napoléon. Afin d’élargir la gamme de parfum des Pim’s, celui-ci décida de lancer une vaste campagne de conquête de l’Europe. Il installa un chef pâtissier dans chaque pays conquis afin de pouvoir créer, sur place, une nouvelle recette. C’est de cette époque que datent les fameux : « Pim’s génoise » (Italie), le « Pim’s Forêt noire » (Allemagne), le « Pim’s Tapas » (Espagne), le « Pudding Pim’s » (Uni Royaume). Des adorateurs du M&M’s essayèrent de faire tomber l’engouement du Pim’s en France en exilant l’Empereur Napoléon. Heureusement, des philosophes et des intellectuels conservèrent la recette original du Pim’s. On peut notamment citer le célèbre auteur Wokie qui, dans « A la recherche du temps retrouvé » parle de ses souvenir d’enfance et du fait qu’il ne peut manger des Pim’s sans retomber dans la nostalgie de l’enfance. Un certain Fredo, lui, écrivit « Les rêveries du mangeur du Pim’s solitaire » qui est encore étudier de nos jours en cours de philosophie.

L’ère moderne nous apporta son lot de nouveauté en matière de Pim’s. Au début du siècle, un certain Baron de Wokie lança les jeux Pim’solympiques. Ces jeux permettent à des athlètes de divers pays de s’affronter dans des épreuves tels que le manger artistique de Pim’s, le plus gros mangeur de Pim’s, le lancer du Pim’s, etc. Il est à noter que les premiers jeux Pim’solympiens furent gagner par Wokie qui, après avoir obtenu la note maximale au manger artistique du Pim’s avec le double Pim’s, a réussi l’exploit du Triple Pim’s à l’épreuve du manger de Pim’s libre. Ce record est encore inégalé dans le monde. Il est à noter qu’un autre athlète, un certain Fredo, fut disqualifié après avoir tenter de frauder en remplaçant les Pim’s par des M&M’s.

Ce bref aperçu de l’histoire du Pim’s est bien entendu incomplet. C’est par manque de temps que je ne parlerais pas aujourd’hui de la grande muraille de Pim’s construite en Chine par des génération d’empereurs chinois, de la guerre des deux Pim’s qui déchira deux grandes familles anglaises, du roi Richard Cœur de Pim’s, de la véritable histoire du Petit Pim’s (affreusement déformée par un écrivain peu scrupuleux du nom de Saint Exupéry), des trois mousquePim’s (là aussi, cette belle histoire fut déformée par un certain Dumas), du dieu inca, QuetzacoaPim’s, qui vola les fèves de cacao pour les donner aux Incas qui, en remerciement, en recouvrir leurs gâteaux, et de nombreuses autres histoires.

Par Canelle079 [Mars 2003]